UNpregnant

-

C'était un couple qui voulait décro...

    Dernier chapitre en ligne. Vous y croyez ? En plus il est hyper long ! (04/08/2017)

  • 71662 visits
  • 36 articles
  • 4679 hearts
  • 1329 comments

Prologue. 14/09/2013

Prologue.


Prologue.
Prologue.

« Rien ne va plus chez le couple phare de cette génération ! En effet, il semblerait que depuis la fausse couche de notre actrice française favorite il y a quelques mois, le jeune couple batte de l'aile. Nous les avons encore vu aujourd'hui, se disputer publiquement devant un restaurant de Los Angeles, pour ensuite partir chacun de leurs coté. Après que le chanteur le plus adulé du monde, et la plus jeune actrice jamais oscarisé nous aient vendu du rêve pendant près de 4 ans, serait-ce la fin de Jenola ? »


 
S'il y a une chose dont il faut être sur, c'est qu'on s'aime plus que tout. Justin Bieber.

Des fois dans un couple, des épreuves font que ça ne va plus. Énola Fournier.




Prologue.



Prologue.
Prologue.
Commentez pour être prévenu ! ♥

Sommaire. 14/04/2016

 
◇ Prologue |En ligne| — « C'était un couple qui voulait décrocher la Lune, alors forcément, ils n'avaient pas les pieds sur Terre. » ✎
◇ Chapitre 1 |En ligne| — « Smoke Signals. » ✎
◇ Chapitre 2 |En ligne|— « When I Go. » ✎
◇ Chapitre 3 |En ligne|— « With Rainy Eyes. » ✎
◇ Chapitre 4 |En ligne|— « Siren. » ✎
◇ Chapitre 5 |En ligne|— « Soon It Will Be Cold Enough To Built Fires. » ✎
◇ Chapitre 6 |En ligne|— « First Snow. » ✎
◇ Chapitre 7 |En ligne|— « All in Here. » ✎
◇ Chapitre 8 |En ligne|— « Canopy. » ✎
◇ Chapitre 9 |En ligne|— « Lionheart. » ✎
◇ Chapitre 10 |En ligne|— « Anthem. » ✎
◇ Chapitre 11 |En ligne|— «  Seven Seas. » ✎
◇ Chapitre 12 |En ligne|— « Father King. » ✎
◇ Chapitre 13 |En ligne|— « Vision Quest. » ✎
◇ Chapitre 14 |En ligne|— « The Darkest Evening of the Year. » ✎
◇ Chapitre 15 |En ligne|— « Dusk to Dawn. » ✎
◇ Chapitre 16 |En ligne|— « All Through The Night. » ✎
◇ Chapitre 17 |En ligne|— « Old Devil. » ✎
◇ Chapitre 18 |En ligne|— « Natural Cause. » 
◇ Chapitre 19 |En ligne|— « Oasis. » 
◇ Chapitre 20 |En ligne|— « Outlaw. » 
◇ Chapitre 21 |En ligne| — « Wolf Drawn. » 
◇ Chapitre 22 |En ligne|— « Safe In The Steep Cliffs. » 
◇ Chapitre 23 |En ligne| — « Land & Sea. » 
◇ Chapitre 24 |En ligne|— « Périscope Up. » 
◇ Chapitre 25 |En ligne| — « Black Lake. » 
◇ Chapitre 26 |En ligne|— « Minor Cause. » 
◇ Chapitre 27 |En ligne| — « NeverGreen. » 
◇ Chapitre 28 |En ligne|— « Good Knight. » 




 


◇ Bonus n°1 |En ligne| — «  Ils ont menti à tout le monde. »
◇ Bonus n°2 |En ligne| — « Qu'elle est belle notre française ! »
◇ Bonus n°3 |En ligne| — « Oups, la gaffe de Vegas ! »
◇ Bonus n°4 |En ligne| — « Retrospection. »
◇ Bonus n°5 |En ligne| — « Enola Fournier : Le come Back qui fait parler de lui. »



 

Chapitre 1 — « Smoke Signals. » 05/01/2014

Chapitre 1 — « Smoke Signals. »

Los Angeles, 8 mai 2016.

Je sors mon plat de pâtes du micro-ondes et me dirige vers la table à manger. Sur celle-ci se trouve la télécommande que je prend pour allumer la télévision. Je tombe sur les news people, et par conséquent, sur l'une des nombreuses vidéos de Justin et moi prises il y a une heure devant le restaurant. Je pense très sincèrement faire bannir cette chaîne de notre télé. Au moment ou je commence à manger mes pâtes dégoulinantes de fromage fondu, la sonnette de la maison retentit, et je ne suis pas étonnée de voir Maude en ouvrant la porte. Et comme à son habitude, elle a un magazine franchement imprimé dans les mains. Elle me le met sous le nez. Effectivement, c'est bien Justin et moi sur la couverture.
 
— C'est quoi ça ?! S'écrit-elle.
— T'as vraiment besoin d'un dessin ? répondis-je sarcastiquement.
— Non, d'explications. Mais est-ce que c'est vraiment la fin ? Parce que ça commence à faire un petit bout de temps que votre couple ne quitte pas la presse à scandale !
— Maude, putain, j'ai pas envie d'en parler, tu peux comprendre ça ? Ça fait 4 ans qu'on est ensemble, ça fait 4 ans que je l'aime plus que tout, et non je ne supporte pas nos engueulades perpétuelles des dernières semaines !
— Mais ça ne peut pas être la fin ! Enfin, je veux dire, vous êtes le couple le plus adorable et le plus sincère que j'ai jamais connu.
— Mais toi, tu crois que moi j'ai envie que ça se finisse ? Enfin, je l'aime plus que tout d'accord ? Seulement... Seulement, je pense que ça commence à ne plus être réciproque. dis-je tristement.
— Meuf, arrête de dire des conneries, ok ?
— Sérieusement... Depuis notre incident... Mon incident... C'est... Dur. Entre nous.
— Vous vous aimez. Je me rappelle encore le soir ou vous vous êtes rencontré. elle dit en rigolant. 
 
Comment est-ce que je pourrais l'oublier moi aussi ? C'était quelques mois avant la sortie de mon premier film. Je n'étais par conséquent absolument pas connue et l'une des actrices avec qui j'avais sympathisé sur le tournage faisait une soirée chez elle pour son anniversaire à laquelle j'avais été conviée et où j'étais allé avec Maude, bien sur. Toute cette soirée restera gravée dans ma tête. Pour toujours.

FLASH BACK
Los Angeles, 13 Juin 2012
 
— Ah, salut Énola ! Et.. ? dit-elle en plissant les yeux.
— Moi c'est Maude, sa meilleure amie !
— Ah, ben enchantée ! Rentrez donc ! Ça va ?
— Super écoute ! Tiens, joyeux anniversaire ! lui tendant son cadeau.
— Roh, mais je t'avais dis qu'il fallait pas !
— Mack, depuis le temps, tu devrais savoir que j'en fais qu'à ma tête, non ?
— Mouais, pas faux. Bon, ben voilà, là-bas le bar, mais les boissons alcoolisées sont uniquement réservées pour les personnes majeures, donc pas pour vous, et le reste, ben, vous verrez bien !
— Tu sais, on est des françaises de 18 ans et toutes nos dents, mais surtout majeures dans notre pays, alors on a le droit de boire tout ce qu'on veut ! répond Maude qui s'est découvert une passion pour les boissons alcoolisée depuis son plus jeune âge. 
— C'est vrai ce mensonge ? demande Mack.
— Ouais ! Euh... Quoi ? répond Maude. 
 
Mack et moi explosons de rire. Maude à toujours été une petite blonde un peu fofolle, mais je l'aime comme elle est. Mack nous abandonne pour allez s'occuper de ses invités, et nous nous dirigeons vers le bar. Évidemment. On commence plutôt soft avec une simple bière. On fait un peu le tour de la maison, en rencontrant des personnes, et j'en revois, que je n'avais plus vu depuis le tournage.
 
— Hey, Logan !
— Wow, ma petite Éno, comment tu vas ? dit-il avec son sourire de tombeur.
— Grr, on ne perd pas les bonnes habitudes hein ? « Petite » et « Éno », toujours d'actualité ?
— Tu devrais savoir que j'adore te taquiner ?
— Certes. Oh, que je suis bête, Logan, voici Maude, ma meilleure amie, Maude, Logan Lerman.
— Meuf, t'avais oublié de me préciser qu'il serait là ce soir et qu'il est encore plus beau en vrai qu'à la télé.
— Elle est drôle, ta copine. dit-il en riant, avant de lui tendre la main. Salut.
— Enchantée.
— Je t'offre un verre ? il propose à Maude. 
— À moi ?
— Non, au pape.
— Ah, ben, euh.. ?
— Vas-y, vieille patate pourrie. dis-je en rigolant.
— C'est d'accord.
 
Logan sourie et tend sa main pour que Maude puisse la prendre, ce qu'elle fait, un sourire gêné sur les lèvres. Je lui fais un clin d'oeil, et continue mon errance au milieu de beaucoup de célébrités, jusqu'à ce que le jeu qui se joue sur la télé attire mon attention. J'ai dis la télé ? Pardon. Le home cinéma. Just Dance. Mon jeux préféré. Il est sur Xbox, et donc avec la Kinect. Deux personnes sont actuellement en train de jouer une fille que je ne connais pas, et une célébrité, Justin Bieber. Je dirais d'ailleurs que c'est lui qui mène la danse, sur « Moves Like Jagger », laquelle n'est pas ma danse préférée la dessus. Quelques secondes plus tard, les joueurs ont finis, et c'est Justin Bieber qui a gagné, il lève les bras fière de lui en disant « Et c'est qui le boss ? » ce qui me fait rire, puis il enlace la jeune fille qui rigole aussi.
 
— Bon, qui veut affronter le grand vainqueur de la soirée ?
 
Honnêtement, j'hésite à y aller. C'est sûr que ça ne peut être que bénéfique pour moi, je dois dire que je m'en sors plutôt bien. J'ai en plus plusieurs années de danse à mon actif. Justin insiste pour que quelqu'un monte sur scène. Au bout de plusieurs secondes, toujours personne. Allez, je me dévoue en grimpant les deux marches.
 
— Tiens, une candidate. Je te connais ? me demande-t-il avec un sourire quelque peu arrogant.
— Je ne pense pas. Répondis-je sur le même ton.
— Ah, et tu fais quoi alors dans la vie ?
— Eh bien, peut-être me reconnaîtra tu bientôt sur une affiche ?
— Quel genre d'affiche ?
— Tu verra bien. On joue ?
— Alors, choisis une chanson.
— Tu es sûre que tu veux que je la choisisse ?
— Je te battrais dans tous les cas.
— Tu sais qu'il y a une cinquantaine de personnes autour de nous, et que si je te bat tu peux aller te pendre ?
— Allez, je relève le défi.
— Comme tu veux.
 
Je me met devant la télévision et lève les bras pour faire défiler les différentes chansons présentes sur le jeu. À vrai dire, je ne sais pas trop laquelle choisir. Quoi que, si. Trouvé.
 
— Je choisis « Beauty and a Beat »
— Quoi ? Nan mais tu ne joue même pas là ! dit-il en explosant de rire.
— Allez, je relève le défi. répondis-je en imitant sa voix quelques secondes plus tôt.
 
Et je lance la chanson sans plus attendre. J'exécute les mouvements de la façon la plus précise possible, et quelques fois, les paroles m'échappent ce qui fait rire Justin qui lui, ne se gène absolument pas pour chanter très franchement sa chanson. Et voilà, c'est la fin, 11958 points à 11032. J'ai gagné. Je me rapproche de lui qui à l'air exténué, un sourire vainqueur accroché au visage. Des applaudissements se font entendre. Il semblerait que je sois la première à le battre.
 
— Je croyais que je ne jouais même pas ? Hum, dommage. dis-je en rigolant.
— Ok, je doit admettre que tu t'es bien battu. répondis-il en riant.
— Merci. souris-je.
— Mais ça ne fait pas de toi une meilleure danseuse.
— Moi je pense surtout que tu as beaucoup de mal à t'avouer vaincu, je me trompe ?
— N'importe quoi !
— Ben, dis le que j'ai gagné.
— Non.
— Tu vois ?
— Ok. Tu m'as battu. Contente ?
 
Très. Je lui fait mon plus grand sourire, et tape dans mes mains, tandis que je suis suivis par toutes les personnes qui nous entourent, et qui ont regardé se jouer notre partie de danse. Je lui tourne le dos pour me diriger vers le bar, et demande une bonne vodka. Oui, pure, je n'ai pas froid aux yeux. Je savoure encore ma victoire.
 
— Meuf, avec Lolo, on vient de te voir foutre une de ces raclées à la tapette ! dit Maude en arrivant.
— Arrête avec « Lolo » ! se défend Logan. 
—Non, c'est drôle !
— Ouais, et puis vous arrêtez pas de m'appeler Éno ! je renchéris. 
— Ma petite chérie, tu es saoule, et un conseil, ne balance pas ici que tu penses que c'est une tapette, ok ?
— Ouais, si Jay t'entend il risque de pas être content, il déteste qu'on l'appelle comme ça ! réplique Logan.
— Peut importe ! On va faire un tour ? demande-t-elle à Logan.
— Oui ! Répond-il en riant.
 
Et ils s'en vont aussi vite qu'ils sont arrivés. Je reste assise au bar un moment, en regardant les gens se déhancher au rythme de la musique que balance le DJ, quand je surprend une conversation juste à côté de moi.
 
— Elle t'as battu sur Just Dance ?
— Ouais.
— Toi ?
— Ouais.
— Le grand Justin Bieber ?
— Ouais.
— Sur ta propre chanson ?
— Ouais.
— Mais t'es vraiment une brèle alors ?
— Bon, ça va, t'as fini ?
— Nan mais c'est trop drôle Justin, excuse-moi, hein ! S'exclame-t-elle en riant
— Non, ça ne l'est pas ! Dit-il sur un ton quelque peut énervé.
— Bon, et c'est qui cette nana ?
— Pff, je sais même pas comment elle s'appelle !
— Décris-la moi ?
— Grande, à peu près ma taille.
— Tu es petit Justin.
— 1m73 pour une fille, c'est grand, ok ?
— T'énerves pas, vieux. Ensuite ?
— Cheveux long, châtains clair, blonds sur le bout, yeux bleus.
— Ah, ça c'est Éno.
— Qui ?
— Combien de fois il va falloir que je vous le dise à Logan et à toi de ne pas m'appeler Éno ?
— Énola, voici Justin, Justin, Énola, mais je pense que vous vous connaissez déjà ?
— Il semblerait qu'effectivement j'ai battu ce jeune homme à son propre jeu, sur sa propre chanson. M'exclamais-je en riant.
— Vas-y, rien que pour ça meuf, je t'appelle pas Éno de la soirée. Là, je te respecte !
 
Elle me tape dans les mains et repars. Je suis donc seule avec Justin. Je le regarde et lui sourie.
 
— Tu sais, ça doit faire presque 3 ans qu'à chaque soirée que je fais, il y a un Just Dance, et que je suis imbattu ? demande-t-il.
— Il faut bien relever la compétition, non ?
— C'est la première fois que je te vois. Tu connais Mack d'où ?
— Un film qu'on a fait ensemble.
— Ah ouais ? Je vous ai jamais vu toutes les deux dans un film, il est sortit il y a longtemps ?
— Il n'est pas encore sortit. dis-je en riant.
— Ah. Ceci explique cela. Ben oui, l'affiche, je suis con !
— Ouais.
— Et, il sort quand ce film ? dit-il en riant de ma réponse.
— Novembre prochain.
— Pfiou, c'est dans longtemps.
— Quelques mois, ça passe.
— Et c'est quoi comme film ?
— En fait, c'est une adaptation d'un bouquin.
— Quel bouquin ?
— Meurtres pour Rédemption.
— Euh, je connais pas.
— C'est un livre français.
— Ah ouais ? Et comment tu connais toi alors ?
— Ben je l'ai lu il y a quelque temps maintenant.
— Ah ouais, parce que toi tu lis couramment le français, normal ?
— Alors, primo, le livre a été traduit en anglais, donc toi aussi tu peux le lire, et deusio, étant donné que je suis française, ça pourrait être pas mal que je sache lire français, effectivement, ouais.
— Ah, t'es frenchie ?
— France, représente !
— Ah, c'est cool ! Vas-y, dis moi une phrase en français ?
— T'es une brèle à Just Dance. dis-je en français.
— Je te permet pas ! répondit-il en comprenant.
— Tu comprend le français ?
— Un petit peu. Je te paye un verre ?
— Allez, banco !
— Tu prends quoi ?
— Je vais prendre une vodka/orange cette fois. Dis-je en regardant mon verre vide.
— Deux vodka/orange s'il vous plait ! Demande-t-il au barman.
 
*
 
Je suis toujours avec Justin, il est super marrant ce mec en fait, malgré le fait qu'il soit mauvais joueur ! Il m'a emmené sur le toit de la maison de Mack, et on peut voir tout la ville d'L.A. d'ici. C'est magnifique, et ça me rappelle une phrase que j'ai entendue dans un film récemment : on dirait vraiment un tapis de velours piqué de petits diamants.
 
— C'est beau. je dis.
— Ouais.
— Ça me change du premier étage de mon appartement en plein centre de L.A.
— T'habites pas dans une résidence ?
— Désolée de te décevoir, je ne suis pas mutli millionnaire.
— T'as tourné combien de films ?
— Je tourne actuellement mon deuxième.
— Ben, si t'as pas tout dépensé, ça devrait commencé à être pas mal.
— J'ai pas encore tout touché du 2ème, et j'ai donné pas mal du premier à mes parents en France.
— Ils ont des problèmes d'argent ?
— Oui, assez. Alors je fais ce que je peux pour les aider. 
— Bon. Je nous roule un joint ?
— Hum, le sage petit Justin Bieber vient-il de me proposer un joint ?
— C'est oui ou non ? Demande-t-il en riant.
— Allez.
 
Je le voit sortir tout le matériel nécessaire pour nous mettre bien. Enfin, encore plus qu'on ne l'est déjà, parce qu'on est vraiment bourré, et on a encore plus des ¾ d'une bouteille de vodka à finir. Oui, on l'a emmené jusqu'ici. Au bout de plusieurs minutes, il essaie d'allumer le joint avec son biquet, sans succès.
 
— Putain. Plus de gaz.
— Tiens. Dis-je en lui tendant le mien.
— Merci. Tu fumes ? Demande-t-il en allumant.
— Merci les mauvaises influences lycéennes.
— C'est triste.
— Dis le mec qui fumes des joints ?
— Un joint de temps en temps, c'est pas pire qu'un paquet par jour.
— Ça va, j'en fume qu'une dizaine par jour.
— Tiens. Dit-il en me tendant le joint.
— Merci. Ouha, ça faisait longtemps ! Je dis en tirant dessus.
— Ah ouais ?
— Yep. Vodka ? Lui demandais-je après avoir bu.
— S'il te plait.
— Ici. Dis-je en lui tendant.
— Cimer ! La, je commence à vraiment planer, je suis bien là...
— Oh, fais moi une soufflette !
— Tu sais, si tu voulais que je t'embrasse, fallait le dire ! Dit-il en riant
— Serais-tu stupide ?
­— Ça va, je rigole ! Approche.
 
Je m'approche, il tire sur le joint, et frôle mes lèvres, nos deux bouches forment un « o » et il expire, tandis que j'inspire la fumée, pour la recracher quelques secondes plus tard. On tire chacun quelques taffes en plus, puis le joint est terminé. Il reste une moitié de bouteille de vodka.
 
— Ok, maintenant, on va faire un petit jeu. propose-t-il.
— Du genre ?
— As-tu déjà !
— Mais c'est complètement gamin !
—Roh, ça va, on n'a même pas 20 ans !
— Mais non ! C'est nul ce jeu, je le connais par c½ur ! Et si la question principale que tu voulais me poser c'était « as-tu déjà couché ? » la réponse est oui, j'ai 19 ans je te rappelle !
— Content de savoir que t'es plus pucelle, mais primo c'était pas spécialement cette question, et ensuite, ben... J'ai pas d'autre idée de jeu. Dit-il en riant.
— À la limite, un cap ou pas cap.
— Quoi ? C'est nul ! Encore pire que « as-tu déjà » !
— Cap ou pas cap d'aller courir à poil dans la rue en criant « je suis Justin Bieber et je vous emmerde tous ! » ? je lui propose. 
— Mais t'es complètement tarée ou quoi ?
— Pas cap ?
— Non, mais là, ça porterais atteinte à mon image.
— Pauvre chou !
— Toi t'es cap ?
— Tu ne me connais pas !
— Ben vas-y !
— En sous-vêtements.
— Si tu le fais en sous-vêtements, je te respecte !
— Je t'ai battu à Just Dance, tu me dois déjà le respect, Bieber !
 
Je suis morte de rire, en fait, en plus d'être bourrée, je suis stone. Je me lève et me dirige vers la porte pour rentrer à l'intérieur de la maison, en prenant soin de prendre la bouteille, toujours pas vide.
 
— Bon, tu viens ?
— Où ça ?
— Je suis venue en taxi, toi en voiture, faut bien qu'on descende dans les rue Hollywoodiennes si tu veux que je fasse le gage.
— T'es tarée. Réplique-t-il en rigolant.
— Bourrée et défoncée serait plus exacte.
— Qui te dis que j'ai une voiture ?
— Je sais que t'en à une.
 
Il souffle, me regarde et rigole, puis se lève et vient me rejoindre en m'attrapant la main. On passe par la maison ou on croise tout pleins de personnes, et je lâche la main de Justin quand j'aperçois Maude.
 
— M., j'y vais !
— Tu vas où ?
— On se voit demain à la maison ! Bisous ! Répondis-je en ignorant sa question.
 
Je la laisse en plan et me dépêche de retrouver Justin qui m'emmène directement à sa voiture. Il démarre d'un quart de tour, et descend dans les rue d'Hollywood en à peine quelques secondes.
 
— Oh mon dieu, Justin !
— Quoi ?
— On ne devrais pas être la !
— Tu te dégonfles ?
— Non, tu conduis alors que t'es complètement bourré !
 
Il s'arrête d'un coup, et je prend conscience qu'on est au milieux de la rue.
 
— Vas-y.
— Où ?
— Ben, courir à poil -en sous-vêtements- en gueulant « je suis Énola plus ton nom de famille que je ne connais pas et je vous emmerde tous ! » !
 
Je le regarde amusée, et commence à enlever mes chaussures ainsi que la robe que je porte pour être seulement en culotte et avec un soutiens-gorge plutôt sexy. Il me regarde, les yeux exorbités. Je pense qu'il ne me croit pas capable de le faire.
 
— Je vais sortir, et tu vas avancer jusqu'au bout de la rue là-bas, puis tu met tes warning pour que je vois que t'es ok, et je commence à courir vers toi en criant, juste à côté de tous ces gens qui font la queue pour la discothèque, ok ?
— Ok.
 
Je le regarde en riant, puis sourie, et sort. Il fait exactement ce que je lui, et à cet instant, je remercie dieu qu'on ne m'ai encore jamais vu à l'écran. J'entend des gens à ma droite faire des remarques sur ma tenue, ce qui me fait rire, puis je vois les feux de la voiture de Justin allumés. Parfait, je me met à courir.
 
— Salut tout le monde, je m'appelle Énola Fournier, et je vous emmerde tous !
 
J'ai fait en sorte de bien insister sur le « tous », de manière à ce qu'il dure le plus longtemps possible, et je rentre en trombe dans la voiture de Justin.
 
— T'es complètement folle ! Dit-il mort de rire.
— Je suis capable de tout.
— Ok, je te respecte. Je dirais... 90B ?
— Perdu ! 85B !
— Ouais, enfin j'y était presque !
— Mais c'était pas ça !
— Bon ! Maintenant on fait quoi ?
— Va montrer ta bite aux voiture du haut d'un pont.
— Quoi ? Dit-il avec de gros yeux.
— Tu peux cacher ton visage si tu veux.
— Mais non !
— Dommage. Je finis toute la bouteille alors.
 
Et je ris, puis dirige la bouteille vers ma bouche, et prend d'immenses gorgées. Je vois Justin envier totalement le liquide qui descend actuellement dans ma gorge. Je m'arrête un peu avant la fin.
 
— Ok, j'ai plutôt un gage pour toi.
— Je viens d'en faire un.
— Qu'est-ce que tu penses de finir la soirée chez moi ? Dit-il de manière sensuelle.
— Cap ! Conduis. Dis-je en riant aux éclats.
 
Il rit, et tend la main vers la bouteille de vodka. Je lui dis que je lui laisse la fin si on arrive à destination vivant. Il jure mais finalement appuie sur la pédale tout en allumant l'auto-radio, sur l'une des dernières musiques rap/R'n'B du moment, ce qui m'irrite profondément les oreilles.
 
— Pfiou, tu peux pas changer ?
— Non ! De toute façon, j'habite pas loin.
— T'es chiant !
— Mais non, bébé !
— Et m'appelle pas comme ça !
 
Il rit, moi j'en profite pour remettre ma robe. Il appuie sur le frein, ce qui arrête la voiture. Nous y voilà on dirait, c'est plutôt sympa ici, en tout cas, ce que je vois, puisque seulement quelques parties de la maison sont éclairé par des lampadaires.
 
— Bon, maintenant, bouteille, s'il te plait !
— Hum, on partage ? Dis-je en espérant qu'il reconnaisse la pub de Kinder Bueno.
— Certainement pas !
 
Il me l'arrache des mains, et prend les deux dernières gorgées de la bouteille. Je le regarde avec des yeux de chiens battu, il rigole, puis s'avance vers moi, collant ses lèvres aux miennes. Il entrouvre la bouche pour déverser dans la mienne une micro partie du liquide alcoolisé. Il se détache de moi, mais colle son front au mien.
 
— Tu vois, je suis sympa, moi !
— Et maintenant on fait quoi ?
— On monte ?
 
Je sourie, et m'empare de ses lèvres une nouvelle fois. Il me tire vers lui, ce qui fait que je me retrouve sur ses genoux, sur le siège conducteur, et que mon postérieur appuie actuellement sur le klaxon.
 
— Oh, ben merde alors ! m'exclamais-je en rigolant.
— Allez, viens on monte ! dit-il en riant.
 
*
 
J'ouvre un ½il, puis l'autre. J'ai mal à la tête, et vu la luminosité de la chambre, je ne suis pas chez moi. Ah, oui, je me souviens. Je suis chez Justin. Justin Bieber. Je me retourne pour voir s'il est dans le lit, mais non. Après avoir récupéré tous mes sens, je me rend compte que j'entend de l'eau couler. Probablement la douche. Je me lève, et constate que je suis en sous-vêtement. Je m'avance vers ce que je devine être l'armoire de Justin, et m'octroie le droit de lui piquer un tee-shirt. Une fois celui-ci enfilé, je sors de la chambre, et cherche la salle à manger, parce que oui, j'ai faim. Oui, j'ai pu voir sur le réveil de la chambre qu'il est plus de midi, mais il n'y a pas d'heure pour un petit déjeuner. La salle à manger trouvée, j'ouvre tous les placard pour trouver quelque chose à manger, tel que des céréales, mais n'en trouve pas, j'ouvre donc le frigo, prend une bouteille de lait et me fait un chocolat chaud, puisque du Nesquik est l'unique ingrédient comestible que j'ai trouvé. Une fois celui-ci prêt, je m'assois sur le bar, et bois tranquillement, jusqu'à ce que Justin arrive.
 
— Salut toi.
— Hey, j'ai cru que t'étais partie.
— Nope, je suis encore là.
— Mon tee-shirt te va bien.
— Merci. dis-je en souriant.
 
Justin se prépare visiblement un café. C'est fou à quel point je n'ai jamais aimé ça.
 
— T'as trouvé ce que tu voulais ?
— Pas vraiment, mais j'ai fais avec les moyens du bord.
— Bon, très honnêtement, je ne me rappelle absolument pas de la soirée d'hier soir. En tout cas, plus de rien après l'épisode du toit.
— Ah oui ? Dommage.
— Surement. Est-ce qu'on a...
—Ben, on aurait probablement couché ensemble, effectivement, si...
— Si, quoi ?
— Ben, si t'avais pas eu une panne, vieux. expliquais-je en riant.
 
Et là, Justin recrache toute la gorgée de café bouillant qu'il venait de prendre, sur moi.
 
— Ah putain, c'est chaud cette connerie !
— J'ai eu une... quoi ? dit-il encore sous le choc.
— Une panne, ça va, c'est humain !
— Mais, sérieux ?
— Oui
— Mais comment c'est possible ?
— T'es devenu tout mou, t'as besoin d'un dessin ?
— Non. Je suis désolé.
— Tu m'as ébouillanté !
— Désolé pour ça aussi...
 
Il s'avance vers moi et me fait un câlin. Cette attention me touche, c'est trop mignon. Il dépose même ses lèvres délicatement sur les miennes, ce qui, je dois le dire, me surprend un peu. Après que je me sois essuyée, je suis remontée dans la chambre pour récupérer ma robe et mes chaussures, j'en profite pour prendre mon téléphone et appeler un taxi, en lui indiquant l'adresse que j'ai demander il y a quelques minutes à Justin, puis descend pour voir ce dernier affalé sur le canapé.
 
— Justin ?
— Hey. dit-il en se levant
— Je vais y aller, moi.
— Déjà ? dit-il en se rapprochant de moi.
— Ouais. Merci, pour hier soir en tout cas. Je me suis vachement amusée.
— Ouais, moi aussi... Pour ce dont je me rappelle.
— Pourtant, tu ne te rappelles pas du meilleur ! répondis-je en riant.
— Si tu le dis. On se revoit bientôt ?
— Surement.
— Tu me laisse ton numéro ?
— Tu veux mon numéro ? dis-je en riant.
— Ouais, c'est un peu ce que je viens de te demander.
— Je suis sûre que Justin Bieber trouvera un moyen quelconque de l'obtenir, si il veut vraiment me revoir. dis-je en riant toujours.
 
Je ris, lui fais un simple bisous sur la joue et me dépêche de sortir de sa maison, et en sortant, je vois le taxi, vers lequel je cours. Il est gentil, et j'espère vraiment qu'il va m'appeler. Il est quand même assez grand pour réfléchir et demander mon numéro à Mack, non ?
 
FIN DU FLASH-BACK
Los Angeles, 8 mai 2016.
 
Je viens de me remémorer toute la soirée et le lendemain de notre première rencontre. Une larme perle au coin de mon ½il.
 
— Oh, non, E., pleure pas ! elle me tend ses bras. Viens là.
— Je veux pas le perdre, Maude, je te jure, je l'aime trop.
— Je sais mon bébé. Bon, regarde-moi.
— Oui ?
— On va se faire une aprèm toute les deux. Rien que toutes les deux, ok ? Une aprèm shopping, comme au bon vieux temps, d'accord ?
— Ouais, ok, faisons ça ! Dis-je en esquissant un sourire.
— Allez, viens mon E. chérie !
 
Je ris, et prépare mon sac à main, en fait, j'y ajoute simplement un paquet de cigarette neuf. J'en ai toujours un de secours. J'ai arrêté de fumer peu de temps après que Justin et moi ayons officialisé, parce qu'il n'aimait pas. Mais je suppose que cette après-midi, je ferais une exception, malgré les gros yeux que me fait ma meilleure amie.

Chapitre 1 — « Smoke Signals. »

Alors, vos impressions ? 
✿ Enola et sa copine Maude dans le présent ? 
✿ Le Flash Back ?
✿ La soirée ? 
✿ La rencontre ? 
✿ Le défi ? 
✿ Le lendemain matin ? 

Dites moi ce que vous en pensez ! 

Un commentaire pour être prévenu. ♥

Chapitre 2 — « When I Go. » 19/12/2015

Chapitre 2 — « When I Go. »

Los Angeles, 8 mai 2016.
 
Je suis énervé comme pas possible. J'en peux plus, je tiens plus, les réflexions 24h/24 et 7j/7 depuis 3 mois maintenant, c'est bon. Énola, je l'adore, vraiment, plus que tout même, et je comprend qu'elle soit mal d'avoir perdu notre bébé, je le comprend, je l'aimais autant qu'elle cet enfant, mais ce n'est de la faute de personne, elle doit comprendre que ça ne devait juste pas être le moment. Je toque comme un bourrin sur la porte de l'appartement de Ryan. 
 
— Ryan, je sais que t'es là, alors fais partir le pouf que t'as ramené hier soir, et viens m'ouvrir !
 
Je tambourine encore quelques secondes et la porte s'ouvre sur une grande blonde qui fini de se rhabiller et me fait un sourire gêné, que je ne lui rends pas, étant trop énervé. Je rentre chez Ryan qui se lève à peine à priori, à en juger par l'unique caleçon qu'il porte et la machine à café qu'il est en train de mettre en marche.
 
— Bon, je peux savoir ce qui t'arrive pour que tu débarque chez moi en mode aussi déterre et faisant fuir un des meilleurs coup que j'ai jamais eu ?
 
Je ne lui répond pas directement, mais allume la télévision sur la chaîne people, et bingo, la photo de tout à l'heure. "[...] française favorite, le jeune couple batte de l'aile. Nous les avons encore vu aujourd'hui, se disputer publiquement devant un restaurant de Los Angeles, pour ensuite partir chacun de leurs coté. Après que le chanteur de plus adulé du monde et la plus jeune actrice jamais oscarisé nous aient vendu du rêve pendant près de 4 ans, serait-ce la fin de Énustin ?". Pendant que la journaliste faisait son récit à deux balles, j'ai sorti la bouteille de vodka dans laquelle je prend plusieurs gorgées au goulot. Lorsque la photo d'Énola et moi disparu de l'écran, Ryan pris la parole.
 
— Bon, c'est quoi ces conneries, tu sais que j'en ai... il se retourne. Wow, mais qu'est-ce que tu fous ? il me prend la bouteille des mains. Ça va pas non ? Il est midi mec, te bourre pas la gueule pour ça, c'est pas la première fois que vous vous engueulez, et ce sera surement pas la dernière, ok ?
— Je tiens plus Ryan, je te jure, je l'aime tellement, j'essaie d'être le plus présent possible malgré ma tournée, parce qu'elle traverse une passe vraiment difficile depuis la perte du bébé, et 95% du temps ou on est ensemble, on s'engueule. 
— Bon, écoute ton vieil ami... Tu repars quand ? 
— Dans 2 jours. 
— Ok. Alors tu vas rentrer chez toi, tu vas retrouver ta femme, tu vas lui faire l'amour comme vous ne l'avez jamais fait, et tu t'excuses, tout simplement. C'est la femme de ta vie, on est d'accord, même avec Selena je te voyais pas aussi heureux, ok ? Et tu vas laisser la fierté de coté et lui dire, simplement "je suis désolé.". Ce n'est pas compliqué ? Même si c'est elle qui est en tord, hein ? 
— J'aimerais bien faire ce scénario, mais ce n'est pas possible.
— Et pourquoi donc ? 
— On... On fait plus l'amour.
— Quoi ?!
— Je... Elle ne se sent pas prête, depuis...
— Oh... Je comprends... Mais, ça fait longtemps, non ? 
— Ça fera 3 mois le 8.
— Tu sais que je suis vraiment désolé pour... Tout ça, hein ? 
— Je sais, mais tu n'y es pour rien. 
 
C'est vrai qu'il n'y est pour rien, et tout le monde s'excuse, ce n'est la faute de personne. C'est comme ça, c'est tout. Je réfléchis au plan que Ryan vient de me dire. Il est pas mal, on est pas obligé de faire l'amour après tout. Je vais l'emmener au restaurant ce soir, mais sans qu'elle le sache, je viens de trouver le plan parfait. Je compose donc le numéro de Maude, la meilleure amie d'Éno.

Conversation téléphonique
 
Maude – Allo maman ? 
Justin – Maude, c'est Justin !
Maude – Ça va bien maman, et toi ? 
Justin – Mais Maude, à quoi tu joues, c'est Justin je te dis !
Maude – Ouais, ben la je suis au Starbucks avec Énola, elle est triste (prenant un ton pleins de reproches) parce qu'elle s'est engueulée avec son copain !
Justin – Ah, t'es avec elle, d'accord, désolé, bien ton jeu alors ! Bref, il faut que tu m'aides. 
Maude (ne parlant pas dans le téléphone) – Attend, je vais me griller une clope [...je viens avec toi...] Non, toi ma chère E., tu restes ici, je me dépêche, ok ? [...t'es chiante...] Mais tu m'aimes ! (Reprenant le combiné) Qu'est-ce que tu veux ? 
Justin – Il faut que tu m'aides ! 
Maude – Et pourquoi je ferais ça ? Ma meilleure amie à actuellement le c½ur brisé et les larmes dans les yeux à cause de toi.
Justin (criant) – Quoi ? Mais on n'a pas rompu ?! 
Maude – Je sais, mais ça lui fait du mal vos engueulades. En plus, elle crois que tu l'aimes plus et que c'est pour ça que tu pars au quart de tour à chaque fois, elle pense que t'attend la bonne engueulade pour la larguer. 
Justin – N'importe quoi ! À moi aussi ça me fait du mal, mais jamais je ne la laisserais tomber.
Maude (riant) – Ouais, enfin vous dites tous ça ! 
Justin – Bref, je n'ai pas envie de passer les trois prochains jours fâché avec elle, ok ? 
Maude – Et tu compte faire quoi ? 
Justin – Ben, c'est là que tu rentres en scène. Ce soir, tu lui proposes un resto rien que vous deux, tu dis que c'est toi qui paye, elle pourra pas dire non, et...
Maude (le coupant) – Mais j'avais un truc de prévu ce soir !
Justin – Mais non, mais tu pourra y aller, laisse moi finir, un peu ! Donc tu l'emmènes, avant de commander, tu lui dis que tu vas aux toilettes, alors qu'en fait tu te casses, et moi je prends ta place. Ok ?
Maude – Ouais, ça pourrait marcher.
Justin – Merci Maudie, t'es la meilleure ! Dis moi par texto quel resto et à quel heure. 
Maude – Ouais... Justin ? 
Justin – Hm ? 
Maude – Je... Fais attention à elle, s'il te plait. Elle est fragile en ce moment, et elle est tout ce que j'ai de plus précieux, ok ? 
Justin – Je l'aime, comme un dingue. Je suis incapable de lui faire du mal. Garde tout ça en tête. Et rappelle-le lui.
Maude – Compte sur moi. Je vais réserver le resto. Bises.
Justin – Bisous.

Fin de la conversation téléphonique
 
Je raccroche, et un sourire béat se forme sur mes lèvres. 
 
— Ben qu'est-ce qui se passe Justy ? 
— On mange au resto ce soir ! 
— Nous deux ? Ok.
— Mais non, Éno et moi abruti !
— Maintenant que tu le dis, c'est vrai que t'as la même tête que la première fois que tu as obtenu un rendez-vous avec elle. il rit. Mon pote, je me rappelle même quand tu m'avais raconter votre soirée, elle t'as battu à Just Dance et t'as eu une panne, putain, t'avais pas assuré.
— Ça va, ne te fous pas de moi ! 
 
FLASH BACK
Los Angeles, 14 Juin 2012.
 
Je suis avec Ryan qui est mort de rire après que je lui ai raconté ma soirée d'hier soir, qui m'est un peu revenu. Je dois revoir cette fille.
 
— Ben appelle Mack, elle doit bien avoir son numéro, non ?
— Ouais, je vais faire ça !
 
Ouais, je vais donc appeler Mack, elle a forcément son numéro !
 
Conversation téléphonique
 
... — Allo ?
Justin — Hum, bonjour... Mack, je pense bien que tu dois avoir la gueule de bois, mais tu as vraiment une voix d'homme.
... — Je vous la passe, ne quittez pas.
Mack — Allo ?
Justin — Mack ?
Mack — Oui, c'est moi cette fois.
Justin — Qui est-ce qui a répondu à ton téléphone ?
Mack — Mon coup d'hier soir ? J'étais aux toilettes.
Justin — Ok, dis, hier soir j'ai passé la soirée avec Enola, tu sais ta nouvelle copine ?
Mack — Je sais qui est Enola, merci Jay.
Justin — Oui, désolé. Bref, quoi qu'il en soit, elle est partie ce matin, et elle n'a pas voulu me donner son numéro, alors je me demandais si tu pouvais potentiellement me le donner ?
Mack — Aha, désolé, tu m'appelle trop tard gars !
Justin — Comment ça ?
Mack — Elle m'a appelé il y a 10 minutes, pour me dire que tu allais surement m'appeler pour me demander son numéro, et que je ne devais pas te le donner ! 
Justin — Quoi ?
Mack — Je suppose que tu as trouvé a peu près aussi joueuse que toi.
Justin — Ouais, mais maintenant comment je la revois moi ?
Mack — Elle te plait vraiment ou quoi ?
Justin — Je sais pas... Oui... Peut-être...
Mack — Mmh... Eh bien, tu vois, Eno est ma pote... Et toi aussi... Alors, dans la mesure ou elle m'a dit de ne pas te donner son numéro de téléphone... Ce que je peux faire c'est te donner son adresse... 

*
 
— Justin ? Qu'est-ce que... Comment tu sais que j'habite ici ? Elle était surprise de me voir, mais souriait.
— Tu vas bien ? 
— Oui, et toi ? 
— Tu comptes me laisser sur la pallier ? 
— Non, non, excuse moi. Entre, je t'en pris. Tu veux boire quelque chose ?
 
Je la suivais dans son petit appartement. Elle n'avait pas menti. Il était tout petit. Je l'ai suivie jusqu'a sa cuisine et elle m'a servit un verre de Sprite.  
 
— Bon. Je suppose que Mack t'as donné mon adresse, c'est ça ?
— Tu lui avais juste dis de ne pas me donner ton numéro. Et je suis ici pour te le demander, à nouveau. 
— Ok, ok.
— Et, aussi pour t'inviter à diner, ce soir. 
— Déjà ? Normalement, vous les mecs n'êtes pas sensé attendre au moins 3 jours ?
— Je ne suis pas n'importe quel mec.
— Ok, tu marques un point.
— Alors ? Pour ce soir ? 
— Mmh. On va dire ok pour ce soir. Mais pas encore le numéro de téléphone. Passe me prendre à 20h.
— Ok ! Super ! A ce soir alors ! Et, hum... C'est moi qui t'invite, met quelque chose de...
— Cher ?
— Pas forcément. Mais un truc...
— J'ai compris t'inquiète pas.

*
 
Il est 19h58, je suis devant son appartement, j'ai mis un de mes plus beaux costards, et comme tous les mecs romantiques je lui ai acheté un bouquet de roses rouges. Lorsque je la voie ouvrir la porte... Mon c½ur saute un battement. Elle est magnifique. Dans une longue robe rouge, fendue sur le coté droit.
 
—    Je... Tu...
—    Merci Justin, tu es plutôt pas mal mon plus.
—    Je... Tiens, c'est pour toi.
—    Merci. Elle sourie et sens les fleurs.
—    Je ne savais pas quelles fleurs prendre, et la vendeuse a dit que ça au moins...
—    Tu as bien fais, ce sont mes fleurs préférées. Ma grand-mère avait sa boutique de roses et depuis toute petite ce sont mes fleurs préférées. C'est super.
—    Cool. Génial. On y va ?
—    Je vais vite fais mettre ça dans un vase, ce serait dommage d'abimer de si belles fleurs, et j'arrive. Elle va rapidement s'occuper des fleurs avant de revenir. C'est parti ! avait-elle murmuré en français.
 
Je lui ai donc pris la main et l'ai emmené à un des restaurants les plus luxueux d'Hollywood.
 
*
 
—    Tu sais, je tenais quand même à m'excuser pour l'autre soir, parce que, enfin, je ne voudrais pas que tu penses que ça se passe comme ça à toutes les soirées que je fais... elle me dit.
—    Qu'est-ce que tu veux dire ?
—    Ben, tu vois... Je ne suis vraiment pas le genre de fille facile, mais j'avais plutôt le sentiment que le courant passait bien entre nous, et tu m'as beaucoup plu, d'un coup, tu étais gentil et tout, alors, voilà, ça a un peu dérapé, mais ça n'aurait pas du se passer comme ça, enfin...
—    Chut. Ne t'inquiète pas. Ce n'est pas comme si j'allais t'en vouloir !
—    Ouais, ok...
 
Le restaurant c'était très bien passé, cette fille est très drôle, elle me plait vraiment beaucoup. C'est fou, ça fait 2 jours qu'on se connaît, et on a du passer plus de temps ensemble bourré et défoncé que sobre, mais je sens que quelque chose s'est passé entre nous. Je ne sais pas si on peut parler de coup de foudre vraiment, mais en tout cas, il y a une attraction certaine. Nous marchons depuis quelques minutes, mais comme son appartement n'était pas extrêmement loin du restaurant, on s'est dit que ça pourrait être bien de passer un peu plus de temps ensembles. En, fait, on se tient même la main. Quand on arrive finalement à son appartement.
 
—    Bon, nous voilà donc arrivé. Dit-elle.
—    Oui, oui, voici ton tout petit appartement. Minuscule, vraiment.
—    Excuse moi de ne pas être multimilliardaire !
—    T'inquiète, je ne t'en veut pas.
—    Aha.
 
Je la regarde dans les yeux, ses beaux yeux bleus. Je me mords la lèvre, de manière frénétique. Quand elle baisse ses yeux vers mes lèvres, je ne peux m'empêcher de m'avancer, et alors que nous allions nous toucher, sa main atterrie sur mon torse et me pousse gentiment.
 
—    Je suis désolée, mais cette fois en étant sobre, autant prendre notre temps, tu ne crois pas ?
—    Tu as raison. Je souri.
—    Et c'est aussi pour ça que je ne t'inviterais pas à l'intérieur non plus.
—    Tu as raison.
—    Bon... Ben moi je vais y aller alors...
—    Oui...
 
Je la regarde une dernière fois, et ne résiste pas à poser furtivement mes lèvres sur les siennes. Lorsque je me retire, je la vois sourire avant de finalement rentrer chez elle. Je repars donc, seul, et lorsque je mets mes mains dans mes poches, je sens le petit bout de papier. Je n'ai pas besoin de le sortir pour comprendre que c'était son numéro. Mais m'en assure tout de même en le sortant. Je rentre en vitesse ce numéro dans mon téléphone avant de perdre ce papier ou quoi.

Conversation téléphonique
 
Ryan — Allo ?
Justin — Mec, c'est moi !
Ryan — Alors, comment ça c'est passé ?
Justin — Putain, c'était... Génial... Vraiment, je... Je ne sais pas, cette fille est ouf ! Elle...
Ryan — Super ! Tu veux passer à la maison ?
Justin — Nan t'inquiète, je vais rentrer chez moi là. Mais, je ne sais pas, je te jure ! Putain, ça fait 48h que je la connais, et ele me rend dingue !
Ryan — Ouais, ben va donc te coucher alors, je sens à travers le téléphone que t'as la tête un peu trop chaude !
Justin — Ouais, tu as raison. Bonne nuit mec.
Ryan — Ouais, toi aussi.
 
Fin de la conversation téléphonique

Non c'est sur. C'est le coup de foudre.
 
FIN DU FLASH BACK
Los Angeles, 8 mai 2016.
 
Je me tenais devant le restaurant, un bouquet de roses à la main. Oui, c'est plutôt commun, mais ce sont ses fleurs préférées. Elle était belle, même habillée et maquillée simplement, pour un diner avec sa copine, elle était merveilleuse. J'ai vu Enola se lever, elle devait surement aller aux toilettes. J'ai alors profiter de ce temps pour entrer en scène. 
 
— Hey, salut Maude.
— Ah ! gloussa-t-elle, surprise. Putain t'es con tu m'a fait peur ! 
— Je suis désolé, j'étais devant le resto, et j'ai vu qu'Eno s'était levée, alors je me suis dit que c'était peut-être le moment, tu vois ?
— Ouais, ok. Mais je te préviens, tu fais gaffe.
— Maude, tu me connais !
— Justement ! 
— Allez, vite, avant qu'elle ne revienne !
— Putain mais comment tu me vire ! me fit-elle avec son air faussement offusqué.
Je t'aime aussi Maudinette. 
 
Je lui embrasse la joue alors qu'elle attrape son manteau en 4ème vitesse. Je m'installe alors à sa place, et l'attend encore quelques seconde. Lorsqu'elle s'assoie en face de moi, mon coeur s'emballe. Elle me regarde avec un petit sourire éteint. Je n'aime vraiment pas la voir comme ça. 
 
— Tiens. C'est pour toi. Je lui tend le bouquet de roses.
Merci, Jay. Elles sont magnifiques. 
— Ecoute, tu sais, on est tous les deux tristes, et on n'en peut plus de cette relation. Il faut bien faire quelque chose tu ne crois pas ? Pour que ça s'arrange, hein ? je pose ma main sur la sienne, mais elle la retire. Quoi ?
— Tu as raison, il faut faire quelque chose. elle dit ça de manière plutôt dure. 
— Oui ! Alors c'est pour ça que je pensais que...
— On doit se séparer. elle avait dit ça en me coupant la parole. 
— Quoi ?
— Tu m'as très bien entendue.
— Oui, certes, mais je ne comprend pas pourquoi tu voudrais ça. 
— Parce que c'est la meilleure chose à faire Justin. 
— Bébé, bébé écoute, je sais bien qu'on a vécu des moments difficiles, mais on s'aime, c'est tout ce qui compte non ?
— Non Justin, non. Ce n'est plus suffisant de s'aimer, et regarde le mal qu'on se fait en s'aimant autant ! On se détruit. On a perdu un bébé, et...
— Oui ! Oui, et c'était le fruit de notre amour, et ça a été très dur, ça l'est encore ! Mais je ne pense pas que ça doive nous anéantir de l'intérieur. 
— Mais c'est ce qui se passe. Et ça me ronge. J'ai vu mon ventre s'arrondir, et tu sais que c'est tout ce que j'ai toujours voulu, un bébé. J'ai senti mon bébé bougé en moi, je lui parlais et je sais qu'elle me comprenait...
 
Elle commence à pleurer, puis se lève de table pour se diriger vers la sortie. Je la suis rapidement après avoir laissé un billet sur la table, même si nous n'avions pas eu le temps de manger, les filles avaient prit à boire. Je la suis jusqu'au taxi qu'elle a arrêté. 
 
—    Eno ! Eno, écoutes... On peut parler tous les deux ? Une vraie conversation en tête à tête, à la maison ?
—    Pour quoi faire Justin ? Tout est dit ! Nous n'en pouvons plus ! On sature tous les deux, c'est fini, on est mort Justin ! Notre couple est mort !
—    Non, tant qu'il y a de l'amour, ce n'est pas...
—    Il n'y a plus d'amour Justin.
—    Quoi ? Comment ça ?
—    Plus de mon coté. Je suis désolée. Bonne soirée.
 
Et elle est rentrée dans le taxi, et je suis resté la, au milieu des paparazzi, en la regardant partir.
 
Chapitre 2 — « When I Go. »

Alors, vos impressions ? 
✿ La scène du début ? 
✿ Le complot de Justin et Maude ?
✿ Le Flash Back ?
✿ La fin de soirée ?
✿ Justin qui a un vrai coup de foudre ?
✿ Le restaurant ?
✿ La dernière scène ? 

Dites moi ce que vous en pensez ! 
 
Un commentaire pour être prévenu. ♥